Produits électroniques hors de prix

Un vendeur amical vous accoste dans une rue commerçante pendant vos vacances ? Vous êtes détendu et peut-être plus tolérant que chez vous. Et peut-être même intéressé quand il vous propose des offres spéciales sur des caméras, des GSM et d’autres appareils électroniques. Il vous invite dans sa boutique, où il vous propose une tablette pour 100 euros. Un prix incroyablement bas qui sent les pratiques commerciales trompeuses à plein nez.

Le vendeur vous explique bien vite qu’il doit d’abord configurer l’appareil et en profite pour vous refiler un nouveau disque dur. Logique… Il faut bien ça, selon lui, pour que vous ayez un appareil de rêve. Un disque dur que vous devez payer… des centaines d’euros ou même des milliers. Vous payez sans vraiment savoir pourquoi. Certaines victimes soupçonnent le café offert de contenir autre chose que du café et du lait !

Après coup, vous réalisez que  vous avez été victime de pratiques commerciales trompeuses. Une rapide recherche en ligne vous donne la réponse : le matériel acheté s’avère n’être qu’une pâle imitation de produits de marques peu connues et bon marché lorsqu’ils sont vendus dans les enseignes spécialisées classiques. Sans document contractuel, vous êtes souvent démuni pour contester cette vente trompeuse.

Le meilleur conseil : passez votre chemin

Compte tenu des difficultés d’obtenir après coup l’annulation de la vente et le remboursement des sommes versées, le meilleur conseil à suivre est préventif : coupez court à toute tentative d’approche en rue de vendeurs désireux de vous vendre des appareils électroniques à bas prix. Passez votre chemin et ne les suivez en en aucun cas dans leur magasin.

L’offre qui vous sera faite sera plus que probablement trop belle pour être vraie. Gardez aussi en tête les risques propres à la contrefaçon. Les matériels électroniques bon marché qui n’ont pas fait l’objet d’un contrôle peuvent s’avérer dangereux. Pensez par exemple aux risques d’explosion ou d’intoxication.

Vous êtes tombé dans le piège ?

Si vous êtes malheureusement déjà tombé dans le piège, le CEC Belgique vous conseille d’accomplir les démarches suivantes en vue de tenter d’obtenir un remboursement:

  • Si vous êtes encore sur place, déposez plainte auprès de la police locale ;
  • A votre retour, adressez un courrier recommandé au vendeur en vue d’exiger de lui l’annulation de votre achat et un remboursement intégral ;
  • Si vous avez payé, ne fût-ce qu’une partie du montant total, par carte de crédit belge, contestez la transaction via via www.macarte.be ;
  • Si le vendeur est établi dans un pays de l’UE, introduisez une plainte auprès du CEC Belgique.